Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Un poème c’est bien peu de chose
à peine plus qu’un cyclone aux Antilles
qu’un typhon dans la mer de Chine
un tremblement de terre à Formose

Une inondation du Yang Tse Kiang
ça vous noie cent mille Chinois d’un seul coup
vlan
ça ne fait même pas le sujet d’un poème


Bien peu de chose

[…]


Bon dieu de bon dieu que j'ai envie d'écrire un petit poème.

Tiens, en voilà justement un qui passe

Petit petit petit

viens ici que je t'enfile

sur le collier de mes autres poèmes

viens ici que je t'entube

dans le comprimé de mes œuvres complètes

viens ici que je t'enpapouète

et que je t'enrime

et que je t'enrythme

et que je t'enlyre

et que je t'enpégase

et que je t'enverse

et que je t'enprose

la vache

il a foutu le camp

Raymond Queneau, L’Instant fatal, 1948

Pour un art poétique
Partager cet article
Repost0
Published by moncm2.over-blog.fr - dans Poésies
/ / /

Je suis un dauphin,
J'aime les humains,
Mais pas vos bassins,
J'ai besoin des miens,
Pas de prison par pitié !
J'ai droit à ma liberté.


Pour la communication,
J'emploie les ultrasons,
Nous sommes solidaires
Tous frères, dans la mer,
J'ai un bon caractère,
Farceur et téméraire.

Des sacs plastiques jetés
Dans l'eau, ont décimé
Bien des frères dauphins!
Pareil pour les marins,
Leurs filets qui traînent
Au piège nous prennent.

Avons-nous mérité,
D'être si peu respectés?
Petits enfants de la terre,
Il faut protéger la mer.
Et tous ses habitants
Notre survie en dépend.

 

Agnès Rivière

 

Partager cet article
Repost0
Published by moncm2.over-blog.fr - dans Poésies
/ / /
VERSAILLES

Ô Versailles, ô bois, ô portiques,
Marbres vivants, berceaux antiques,
Par les dieux et les rois Élysée embelli,
A ton aspect, dans ma pensée,
Comme sur l’herbe aride une fraîche rosée,
Coule un peu de calme et d’oubli.

Paris me semble un autre empire,
Dès que chez toi je vois sourire
Mes pénates secrets couronnés de rameaux,
D’où souvent les monts et les plaines
Vont dirigeant mes pas aux campagnes prochaines,
Sous de triples cintres d’ormeaux.

Les chars, les royales merveilles,
Des gardes les nocturnes veilles,
Tout a fui ; des grandeurs tu n’es plus le séjour.
Mais le sommeil, la solitude,
Dieux jadis inconnus, et les arts, et l’étude,
Composent aujourd’hui ta cour. […]

André Chénier

Partager cet article
Repost0
Published by moncm2.over-blog.fr - dans Poésies
/ / /

« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »
Voici, mes zinfints
Sans en avoir l’air
Le plus beau vers
De la langue française.
Ai, eu, ai, in
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin…
Le poite aurait pu dire
Tout à son aise :
« Le geai volumineux picorait des pois fins »
Eh bien ! non, mes zinfints.
Le poite qui a du génie
Jusque dans son délire
D’une main moite
A écrit :
« C’était l’heure divine où, sous le ciel gamin,
LE GEAI GÉLATINEUX GEIGNAIT DANS LE JASMIN. »
Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.
Là, le geai est agi
Par le génie du poite
Du poite qui s’identifie
À l’oiseau sorti de son nid
Sorti de sa ouate.
Quel galop !
Quel train dans le soupir !
Quel élan souterrain !

Quand vous serez grinds
Mes zinfints
Et que vous aurez une petite amie anglaise
Vous pourrez murmurer
À son oreille dénaturée
Ce vers, le plus beau de la langue française
Et qui vient tout droit du gallo-romain :
« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »
admirez comme
voyelles et consonnes sont étroitement liées
les zunes zappuyant les zuns de leurs zailes.
Admirez aussi, mes zinfints,
Ces gé à vif
Ces gé sans fin
Tous ces gé zingénus qui sonnent comme un glas :
Le geai géla… « Blaise ! Trois heures de retenue.
Motif :
Tape le rythme avec son soulier froid
Sur la tête nue de son voisin.
Me copierez cent fois :
Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »

René de Obaldia
extrait du recueil « Innocentine
s »

Le plus beau vers de la langue française
Partager cet article
Repost0
Published by moncm2.over-blog.fr - dans poésies

Météo

Humour

 Afficher l'image d'originePour voir la suite de la BD :Clic droit / ouvrir l'image dans un nouvel onglet

 

Citation

"La plus grande erreur qu'un homme peut faire est d'être trop effrayé de commettre une erreur."
Elbert Green Hubbard
 

 


 

Catégories